Logo Lingerie Française

Pour sa première édition en juillet, Mode City a proposé une exposition très intéressante sur le savoir-faire lingerie français, sous le commissariat de Catherine Örmen.

Lingerie Française, fédération de marques de lingerie

Un espace chic et feutré, organisé en partenariat avec la Fédération de la Maille et de la Lingerie et de Promincor-Lingerie Française, son « club » qui regroupe notamment 17 marques de lingerie française d’excellence : Lou, Chantelle, Lejaby, Lise Charmel, Cadolle, Aubade, Simone Pérèle, Empreinte, etc.
Chaque marque de lingerie française avait puisé dans son patrimoine, et exposait ses modèles phares.
.

 

Petite histoire du soutien-gorge

L’ancêtre des sous-vêtements féminins est bien sûr le corset mais… Belle Epoque en S

Les premiers prototypes de soutien-gorge sont proposés au XIXème siècle : par Lesher en 1859 (de bonnes idées, mais totalement importable) à New-York, et par Cadolle en 1889, à Paris pour l’exposition universelle (son modèle restait très proche du corset : elle l’avait simplement séparé en deux parties).
Le premier modèle de soutien-gorge, nommé Breast Supporter, est créé en 1893 par une Américaine, Marie Tucek, mais c’est un échec commercial. Et oui, le corset est encore très présent dans la vie des femmes. Il modèle la silhouette en S, la mode de l’époque, c’est-à-dire seins en avant, fesses en arrière…

C’est Paul Poiret qui le premier supprime le corset, au profit d’une ceinture intérieure élastiquée. Ce sont les débuts de ce que l’on appellera plus tard la gaine : souple elle rend possible la pratique du vélo !Les premiers bandeaux et brassières apparaissent dans les années 1910.

La fin du corset

Gaine chantelleLe mot « soutien-gorge » est créé, et le premier modèle séparant les seins est inventé en 1913, par une Américaine. Son brevet est revendu à une société, Warner’s, qui le popularise grâce à un tissage chaîne et trame élastique dans les deux sens (1931). Ce sont eux aussi qui crée la classification de taille des bonnets, en lettres, en fonction de leur profondeur.
La première guerre mondiale sonne le glas du corset. Mais il existe toujours un lien très fort avec la lingerie, car on parle de corseterie, pour désigner les parties buste du sous-vêtement.Triomphe du soutien-gorge !

La grande révolution de la lingerie tient en deux dates fortes : 1936, invention du nylon, 1960, invention du lycra.

Grâce à ces deux fibres synthétiques, les sous-vêtements se renouvellent et évoluent vers confort et maintien, deux fonctions essentielle du soutien-gorge.

Apparition des premières culottes

Coeur Croisé Playtex sans armatureLa culotte fermée, qui remplace le pantalon fendu, apparaît dans les années 30.

Les premières gaines Chantelle (ci-dessus), coeur de métier de la marque, sont développées après guerre.
Aujourd’hui la marque réaffirme cette identité forte, en relation avec le succès mondial du shapewear.
Playtex invente son modèle phare, « Coeur Croisé » (ci-contre), dont les armatures ne sont pas métalliques mais élastiques, dans les années 60.
Lejaby négocie l’exclusivité de la fibre Lycra.
Les années 70 sont celles de la liberté : premier soutien-gorge dos-nu par Aubade, soutien-gorge transparents, voire absents.

Aubade Leçon 1 IvresseValorisation du corps et apparition du string

Les années 80 célèbrent le corps avec des modèles toujours plus pigeonnants, moulants, et l’apparition du string. Les années 90 profitent d’une nouvelle fibre, la micro-fibre, qui assure confort et facilité d’entretien.
Modèles moulés pour un rendu naturel et invisible, soutien-gorge à coques, et premières leçons de séduction…

Enfin le confort !

Les années 2000 nous offrent encore plus de confort, de discrétion, avec les modèles sans couture, les premiers bonnets très profonds (jusqu’au G).