Ode à Margiela [Expo]

Sonia Rykiel 40 ans création Martin MargielaJe n’avais jamais vraiment compris le travail de Martin Margiela avant cette magnifique rétrospective du Palais Galliera.

Pour moi, Margiela, c’était une mode conceptuelle un peu loufoque (j’avais en tête la création du belge pour les 40 ans de Sonia Rykiel), un créateur minimaliste qui avait travaillé chez Hermès, et qui avait été un des premiers à créer une mode à partir de vêtements récupérés et à prôner le DIY.

Je n’avais pas eu la chance de découvrir son travail en profondeur, avec force vidéos, documents et bien sûr créations. Venez, je vous raconte !

Martin Margiela, 40 défilés, 20 ans de création et de réflexion

Par où commencer ? 
Peut-être par cet immense tapis de coton blanc qui accueille le visiteur dès l’entrée du Palais Galliera.
Un tapis qui mène droit à l’exposition et qui m’a interloquée.

Palais Galliera Paris Expo Mode Martin Margiela 2018
L’explication est arrivée très vite : ce tapis blanc était le fil « rouge » du premier défilé de Martin Margiela en 1988.
Un tapis sur lequel marchaient les mannequins qui défilaient dans le café-théâtre choisi pour l’occasion.
Un tapis qui se prolonge aussi comme début de l’exposition, ce qui finalement paraît logique, quand on sait que l’exposition a été conçue de manière chronologique pour bien montrer au visiteur l’évolution du travail de Margiela.

Avec aux pieds des bottines façon tabi – ces chaussures en bois japonaises dont le gros orteil est séparé des autres doigts – les mannequins cagoulés foulent le tapis, imprégnant le coton du rouge de leurs semelles peintes. 

1er Défilé Martin Margiela Paris 23.OCT.88

Un tapis que Martin Margiela récupère et découpe, pour en faire de nouvelles créations, et notamment un gilet dépourvu de boutons, qui sera fixé avec du chatterton, vous savez, le scotch marron des déménagements. 

Gilet 1989 Martin Margiela

Là, j’ai eu mon premier choc : Martin Margiela poursuivait dès la fin de sa première collection déjà sa réflexion, dévidant sa logique comme on dévide une bobine de fil. C’était cohérent, réfléchi, limpide. Waow !

Montrer le savoir-faire couture …

Deuxième choc : quand je comprends l’invention de Martin Margiela lors de son deuxième défilé.
Margiela n’aime pas les carrures XXL des années 1980s. Il propose donc des silhouettes très étriquées, et déconstruit le vêtement pour mettre en lumière le travail et le savoir-faire nécessaires pour le réaliser : la doublure se fait donc robe à part entière, les pinces invisibles deviennent autant de détails d’ornement, les lignes de bâti, les surpiqûres que la mode cache habituellement, deviennent des objets d’admiration.

Martin Margiela Savoir-Faire couture

Le questionnement de Martin Margiela l’emmène jusqu’à proposer des vêtements plats, qui prennent leur volume une fois assemblés sur la personne. Ingénieux et pratique, totalement visionnaire!

Chemise plate Martin margiela

Martin Margiela Lookbook Pantalon à plat 

… et rendre hommage aux vêtements du passé

Fasciné par le savoir-faire des artisans du vêtement, Martin Margiela se passionne très tôt pendant ses études pour les vêtements des autres époques.

Margiela est très humble face aux vêtements du passé. Il réédite ses préférés dans de nouvelles matières, sans les modifier car il les juge parfaits, et leur appose une étiquette explicative (collection Replica à partir de 1994).

Réédition Vêtements Martin Margiela Galliera

Il y a un détail inspiré des vestes de l’histoire du costume qui inspire particulièrement le styliste belge : il est fasciné par les vestes à basques, au dos très ajusté. Il va reprendre ce principe par un jeu de laçages intérieurs qui permettront de cintrer la veste au plus près du dos. Il y avait notamment une cape noire qui était présentée, un de mes coups de coeur de l’expo, avec le pull punk, tricoté avec des manches à balai par sa maman (!).

Cape cintrée dos Martin Margiela

Pull Punk Martin Margiela

Il récupère des stocks importants de vêtements – et même des costumes de théâtre ! – et les recycle.
Il les démonte, les découpe, les reteint, les réassemble pour créer à chaque fois quelque chose de nouveau, et notamment un nouveau porté des vêtements. Poussée à l’extrême, cette initiative donne naissance à une deuxième ligne, artisanale.

Robes Bustier détournées Gilet Martin Margiela

Portée par le recyclage, cette ligne va explorer toutes les limites du vêtement et décrocher même le label Haute-Couture en 2005 : création de pièces uniques, détournement d’objets (dont le bouchon de champagne pendentif, le manteau couette avec sa housse fleurie ou l’assiette en morceaux gilet), réédition de pièces vintage – qui vont donner lieu à la collection Replica à partir de 1994.

Manteau Housse de couette Martin Margiela

Le génie de Martin Margiela

Le génie de Martin Margiela ne s’arrête pas là. Il renouvelle aussi la communication autour des créations de mode.

Ses défilés sont toujours des événements prévus pour déstabiliser les invités : pas de musique, mannequins choisis dans la rue, pas de champagne mais du vin rouge servi dans des gobelets en plastique, les invités ne sont pas assis, les mannequins déambulent et se fraient un passage à travers la foule, …
Tous les principes de la mode des années 80 sont remis à plat et renouvelés par l’esprit iconoclaste du styliste.

Il invente aussi le lookbook en dépliant, un classique aujourd’hui utilisé par toutes les marques de mode ! 

L’influence de Martin Margiela sur la mode contemporaine est incroyable, avec des pièces devenues iconiques : pull chaussette et robe pull moulante, académiques de danse et résilles chair au motif tatouage – comme chez Jean-Paul Gaultier dont il a été l’assistant… qui a inspiré l’autre? – et des tendances de fonds comme la recherche de l’épure, l’expérimentation (mon coup de coeur : la robe dont l’imprimé est fait par des glaçons colorés qui fondent!), la débauche d’oversize, le négligé / déconstruit / rapiécé, le développement du DIY, le goût pour le vintage, l’humour dans la mode, etc…

Son travail continue d’influencer une génération de créateurs comme : Alexander Mc Queen, Hussein Chalayan ou Viktor & Rolf, ou encore Eric Tibusch avec ses académiques en lycra.

Martin Margiela chez Hermès 1997-2003

Je vous parle très vite du travail de Martin Margiela chez Hermès, et vous verrez à quel point il a su servir la maison, en apportant sa patte tout en respectant la maison Hermès, cette vieille dame de 181 printemps.

En attendant, petite information : le Palais Galliera Musée de la Mode de Paris a fermé ses portes avec l’exposition Matin Margiela le 15 juillet pour se faire (encore!) une beauté. Grâce au soutien de la maison Chanel, le Musée va ouvrir aux expositions ses sous-sols voûtés en brique et agrandir sa surface d’exposition de 670 m²!
La nouvelle galerie s’appellera Gabrielle Chanel bien sûr. J’ai hâte de voir ça !!!

Réouverture prévue pour Noël 2019, avec la présentation de pièces de la collection permanente du musée, un vrai changement de concept pour cette institution ! 

2018-07-21T13:30:05+00:00 Expos|

Leave A Comment