Pendant la semaine des salons parisiens de mode, j’ai eu la chance de découvrir le travail d’un photographe américain, Melvin Sokolsky.Il a travaillé pour les plus grands magazines : Harper’s Bazaar, Vogue, le NY Times, Vibe, Wallpaper… 
Dans les années 60, c’est une des figures du renouveau de la photographie de mode.
Il se fait notamment remarquer pour le trucage de ses photos. 
Par exemple, pour les séries « Bubble » et « Fly », qui mettent en avant des femmes qui flottent dans les airs. Des images devenues des classiques de la photo de mode, pleines de modernité, de légèreté et d’enchantement.


Sans Photoshop, comment faisait-il ? 
C’est très simple : un gros travail de préparation de la prise de vues, avec des grues qui soulevaient Madame comme une plume, puis un tour en chambre froide, avec petit trucage sur négatif. 
Le tour est joué !
J’ai découvert aussi un livre dont M. Sokolsky a asssuré la direction artistique. 
 Un livre énorme, de 1000 pages au moins, magnifique, d’un format inattendu (plus de 50 cm de hauteur), qui retrace l’ensemble de sa carrière comme photographe mode et beauté. 
Une merveille, à manipuler avec des gants de coton, à la boutique de l’Hôtel Royal Monceau (où vous serez très bien accueilli). Une autre merveille qui laisse sans voix ? Le Prix aussi : 500 euros !
Découvrez-vite son travail !
Un autre cliché très moderne, qui n’est pas sans me rappeler le travail d’Emilie Froquet* –  vous savez, la photographe des Editos Bulles de Mode ! – pour le magazine de Maquillage et Nail Art MUP (septembre 2011). Un travail à retrouver sur son site internet.
Plus de photos de Melvin Sokolsky sur son site.
* Manucure Silvy Kazandjian.