D’habitude c’est l’exposition qui influence la culture, et qui entraîne publications et productions audiovisuelles. Là, c’est l’inverse : c’est le livre éponyme, par Jean-Marie Martin-Hattemberg qui donne lieu à cette expo, inédite en Europe, déjà présentée à Hong Kong.
Le rouge à lèvres, c’est un objet mythique, qui symbolise souvent la femme fatale. Mais ce n’est pas tout…
Saviez-vous que c’est le cinéma américain qui donne aux Françaises, nouvellement émancipées par les Guerres Mondiales, l’envie de se maquiller ? Auparavant, une femme maquillée est une femme… « de mauvaise vie » et/ou une actrice. 
Ce sont des gens comme Max Factor, qui invente le gloss en 1928 pour obtenir un effet plus brillant pour une scène de baiser, qui influencent durablement le monde du maquillage.
Saviez-vous que l’un des premiers rouges, estampillé Guerlain, était liquide?
Saviez-vous que dans les années 60 le cinéma américain a donné lieu à une collection de rouges-poupées à l’effigie des grandes icônes de l’époque : Liz Taylor en Cléopâtre, Marylin, Jackie K., Ava Gardner, etc.
Saviez-vous que les tubes de Rouge étaient rechargeables ? On avait le temps, femmes inactives, parfaites ménagères, d’aller chez le parfumeur avec son flacon en cristal Dior. Aujourd’hui… Moins pratique?
Saviez-vous que l’architecture (Chicago, années 30), l’Art (expo l’Art Nouveau à Paris en 1930), etc ont inspiré les créateurs?

Vous ne trouvez pas incroyable que l’histoire des Femmes, et plus généralement de la société, soit lisible dans celle du rouge à lèvres? Moi si !
C’est un produit de maquillage mais c’est aussi bien plus que cela… en témoigne la diversité et la richesse incroyable de cette collection.
Cette exposition est le fruit du travail acharné d’un collectionneur passionné : 6 ans de recherches et d’acquisitions à travers le monde, pour collecter des rouges et des étuis aussi extraordinaires que magnifiques. Des étuis étonnants, qui nous font prendre conscience de la créativité relative de notre époque : non, nous n’avons rien inventé ! 
Ce travail, c’est aussi un travail de mise en valeur de la notion de patrimoine de marque. Le patrimoine d’une marque, c’est l’ensemble des éléments qui font d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Un peu comme pour un individu, elle a des gènes, qui sont les valeurs de l’entreprise, développées par le fondateur, qui insuffle souvent sa vision du monde dans son entreprise, elle a aussi une histoire, qui s’écrit avec ses créations, ses innovations, ses développements de produits, qu’ils aient abouti ou non. Le patrimoine d’une marque, ce sont ses racines, son origine, son environnement, sa vie. 
Une citation du site la-marque.com : Le consommateur n’achète plus seulement un produit pour satisfaire un besoin ou un plaisir, il achète du sens, du lien, de la valeur, de la sécurité et de l’assurance… C’est tout cela que peut mettre en exergue le patrimoine.
Certaines marques ont aujourd’hui compris l’avantage concurrentiel qu’elles peuvent tirer de leur patrimoine. 
C’est ce qui donne lieu à des rééditions, des réinterprétations, mais aussi des initiatives originales comme :  le site « http://www.jaimemoncarre.com » par Hermès, l’exposition Louis Vuitton au Musée Carnavalet (se termine demain !!!, article à venir), le Musée Gucci, etc.

Le patrimoine de marque est un formidable outil marketing !
Sur ce sujet passionnant, Bulles de Mode vous en dira plus bientôt, nous allons peut-être avoir la chance d’interviewer directement M. Martin-Hattemberg, lui-même, qui est un spécialiste de la question. « Stay Tuned! »*
(* Bientôt plus d’infos, restez avec nous !)

Une très belle expo, qui dure jusqu’au 27 février, hâtez-vous !
Exceptionnel, prolongation jusqu’au 27 mars !
Un autre article sur les rouges à lèvres, qui peut vous intéresser : enquête sur les noms donnés aux rouges.

Pour acheter le livre :
Lèvres de luxe : Edition bilingue français-anglais