Bulles de Mode a eu la chance de rencontrer elsafontange dans son atelier de Lyon, à l’abri des regards, au fond d’un long couloir, en haut d’un escalier en colimaçon.

Elsafontange dans son atelier lyonnais

Très simple, Elsa installe confortablement son fidèle Kéké le chien sous la table de couture avant de me parler de ses créations.
 « J’admire les objets qui font montre de savoir-faire. Ils comportent en eux une certaine nostalgie, une authenticité et une simplicité que je garde en tête à chaque fois que je commence un chapeau. »
D’ailleurs, ce sont souvent des matières récupérées, chinées, anciennes, qu’elle travaille, comme cette paille des années 50s.

La coiffure comme inspiration

Son inspiration, elle la trouve dans la coiffure, beaucoup, et aussi dans l’air du temps.
Sa grande passion en ce moment : le détail inattendu qui rend sexy et décalé une bourgeoise tout ce qu’il y a de plus chic. Yeah !
Petite, elle veut devenir sculpteur, et on retrouve cette tendance dans ces créations.

Coiffe Iroquoise Elsafontange

La création la plus folle ?
La coiffe « iroquoise » en crin, qui se confond si bien avec la chevelure.
Elsafontange iroquois
Ou encore le chapeau Haut de Forme en paille !!!

Une créatrice passée par La Tribu des Oiseaux

L’excentricité, Elsa connaît, après avoir travaillé 6 ans pour La Tribu des Oiseaux, référence lyonnaise en matière de chapeaux. Aujourd’hui, c’est sa patte à elle qu’elle veut proposer. La créatrice dévoile sa touche à travers des canotiers de paille, qu’elle fait entièrement à l’instinct, sans moule pour la guider.
Elsafontange Haut de Forme Paille
« Pour le haut de forme en paille, ça a été très difficile. Il y a parfois des ratés ! ». Il faut compter entre 20 et 30 mètres de paille pour un canotier simple, imaginez !
Uniques, le plus souvent, les créations sont parfois réalisées en petites séries. Mais dans ce cas, Elsa tient à ce que tout soit toujours fait entièrement à la main. « C’est ma marque de fabrique, j’aime me laisser porter, passer du temps à faire les choses. Pour moi cela leur donne une âme ».
Elsafontange Cravate
Elsafontange, justement, c’est votre nom ? « Non ! C’est le nom d’une coiffe « inventée » par une courtisane de Louis XIV. On raconte que décoiffée par une branche, lors d’une partie de chasse, elle aurait ôté sa jarretière pour arranger ses cheveux. Le roi l’ayant complimentée, c’est toute la Cour qui reprit la coiffe à la Fontange ».
« C’est un nom dont j’aime la sonorité, et il faut avouer que son histoire me plaît », ajoute-t-elle espiègle.

Des chapeaux mais aussi d’autres accessoires

Pour diversifier sa gamme, Elsa fabrique aussi des accessoires, comme les bandeaux de tête en macramé (réservez le vôtre, ce sera super hype cet été !), mais aussi des noeuds papillon, des cravates-foulards et des manchettes assorties, qui sont mixtes, Messieurs !
Moi, j’adore, et vous ?