Une tradition dans les salons, le défilé de tendances, pour présenter notamment le travail de jeunes créateurs.
Quelques mots pour vous dire l’ambiance de cette édition.
Un seul défilé en janvier mais ultra-rediffusé.
La scène est assez large, elle comprend une scène centrale, avec une drôle de boîte dans le fond, éclairée par des bandes lumineuses, et un podium accidenté qui part sur le côté droit, pour se terminer en plate-forme.
La drôle de boîte au fond,  c’est en fait une installation sonore et lumière avant-gardiste, créée par  l’entreprise ENTERSTICE. Elle a même un « petit » nom : Le « Monster ». Tiens, ça me fait penser à Lady Gaga.
Deux lasers, des bandes électroluminescentes, un Mur de Son « Biosonic », un concentré de technologie en bref, qui va de pair avec la vocation résolument avant-gardiste du salon.
Le show commence, par un bruit et des vibrations assourdissantes, on se demande bien si la navette décolle ou atterrit. Une voix tonitruante et électrique, avec un accent à l’américaine surjouée (hilarant!) retentit pour présenter le show. Pour ceux qui connaissent, elle me fait penser au jingle d’Adrien Duplex qui présente le Faux JT sur Virgin Radio…
Une troupe de danseurs arrive, et se comporte comme une foule de robots – avec des gestes saccadés – mais archi fluides : ils ne s’entrechoquent jamais dans la mêlée, comme un banc de poissons qui nagerait un coup dans la même direction, un coup dans des directions opposées mais harmonieuses. Si vous n’avez pas vu Nemo, vous avez encore le temps pour comprendre ce que je veux dire 🙂
Les danseurs laissent ensuite place à des mannequins. Les jeunes créateurs se succèdent, parfois interrompus par un tableau plus global qui mêle acccessoires et vêtements. 
Mes petits choucous ? Les Chats Perchés, qui ont présenté une collection très « Mozart l’Opéra Rock« .

Et les autres ?

Il y avait des créations « bizarres » (avec des perruques pour épaulettes!), d’autres carrément futuristes (j’ai adoré le jogging métallisé couleur argent), et enfin des vêtements plus conventionnels (=mettables!). 
D’autres modèles :

Côté accessoires, des chaussures absolument incroyables, de la bottine « dalmatien » – mon coup de coeur – aux sandales à plateforme archi haute.

J’ai même noté une seconde référence à Lady Gaga… Ou alors je fabule total, vous allez me dire 🙂
La mise en scène est réglée comme du papier à musique, les tableaux s’enchaînent, les mannequins défilent, on se demande à chaque fois quelle sera la prochaine surprise. Futuriste, avant-gardiste, innovant, surprenant, créatif, un défilé qui vous donne vraiment de nouvelles perspectives.
Sans oublier la poésie. Quelques respirations viennent ponctuer un spectacle très speed (la plupart de mes photos sont inexploitables!!!! snifff), et c’est juste un bonheur.
 
Les danseuses classiques reviennent, vêtues de grandes robes – toges soulevées par … des ballons gonflés à l’hélium. Leurs pointes, leur grâce, les fait survoler le podium, comme autant de fées lâchées depuis l’espace dans notre univers. Aérien, léger, délicat, raffiné, mon tableau préféré !
Plus d’infos sur Who’s Next : ici. D’autres photos bientôt !