Comment se défaire du syndrome de l’imposteur?

Le saviez-vous, vous souffrez peut-être du syndrome de l’autodidacte.
Oui, oui, le syndrome de l’imposteur porte parfois un autre nom qui traduit peut-être encore plus facilement ce qui se passe dans notre tête quand on commence une nouvelle activité professionnelle, quelle qu’elle soit. Evidemment, ici nous allons nous focaliser sur l’activité de personal shopper et sur les moyens de lutter contre le syndrome de l’imposteur. J’en ai d’ailleurs fait un épisode de podcast si ça vous dit.

Zoom sur le syndrome de l'imposteur

En faisant quelques recherches, je me suis aperçue que le syndrome de l’imposteur est littéralement le fait de dénigrer son propre mérite à l’accomplissement d’une tâche, en préférant invoquer la chance, le hasard, ou tout un tas d’éléments et de circonstances extérieures. Quelque part, c’est un phénomène qui intervient après l’action. Or, quand je me rappelle de mon propre syndrome de l’imposteur, c’était plutôt avant l’action que cela se passait… Vous me direz si c’est pareil pour vous, mais en général, le syndrome de l’imposteur que je vis, a tendance à me freiner, à m’empêcher d’agir, en amont, et non pas en aval d’un projet. Etonnant non ?

Cela me conforte dans l’idée que le syndrome de l’imposteur est une pure vue de l’esprit, une perception qui est donc forcément fausse, ou en tout cas faussée…
Vous voyez la nuance ?

Il me semble que les personnes qui vivent le syndrome de l’imposteur, comme j’ai pu le vivre pleinement à mes débuts – je vous reparlerai de ma période de procrastination… – sont dans une réalité parallèle, vivent dans une perception illusoire de la réalité, qui n’a aucun fondement réel.

Est-ce que je vous aide en disant cela ?
Revenons au personal shopping.

Victime d'une perception erronée

Quand j’ai commencé, je n’avais pas d’expérience d’accompagnement. Logique. Je n’avais pas de diplôme de conseil en image. Je n’en ai toujours pas d’ailleurs !
Et pourtant je travaille avec succès depuis 14 ans, en autodidacte du conseil en style…

Je ne fais pas la fière, car moi aussi, je suis passée par ce moment particulièrement désagréable où on n’ose pas croire en la réalisation concrète de son projet, parce que
quelque chose dans notre cerveau nous fait croire que nous n’en sommes pas capables. 

Ce quelque chose, j’ai appris à le reconnaître comme une peur de l’inconnu, une peur qui remonte à nos ancêtres les premiers humains, qui vivaient globalement dans un milieu bien plus hostile que le nôtre. Je parle des bêtes sauvages qui nous assaillaient au détour d’un bosquet. Vous en conviendrez, le risque est plus mesuré aujourd’hui, ouf. Et pourtant notre cerveau est encore en état d’alerte quand quelque chose l’inquiète. 

 

Figurez-vous, c’est bon signe ! Ca veut dire que vous sortez de votre zone de confort, et donc que vous êtes en voie de faire quelque chose de différent. Super signal !
Et si, plutôt que de flipper et de se retenir d’agir, on se disait justement que c’est le moment d’y aller ? Voici 3 pistes pour vous aider à
agir contre le syndrome de l’imposteur et oser croire à votre carrière de personal shopper à succès.

Mes astuces pour combattre le syndrome

Voici les quelques pistes sur lesquelles j’ai travaillé pour me sortir de cette impasse du syndrome de l’autodidacte, un syndrome qui me correspondait bien quand je me suis lancée !!!

1. Arrêtez de vous comparer aux autres !

Souvent, j’ai remarqué, je vis ce frein du syndrome de l’imposteur quand je commence à me mesurer aux autres, à voir ce que je fais ou ne fais pas en fonction de ce que d’autres font. Et forcément, cela nous atteint. Or, les autres ne sont pas moi, je ne suis pas eux, ils ont une autre façon de réfléchir, de se développer, de se positionner même, sur le marché. Donc j’arrête de me comparer, et comme le disent les accords toltèques : j’arrête de présumer ce qu’on pense de moi ! Vous verrez comme c’est libérateur !

2. Passez à l'action !

C’est bête à dire, mais comme je dis souvent, ce n’est pas en regardant un vélo qu’on apprend à faire du vélo… Alors arrêtez de regarder le conseil en style depuis votre siège de bureau, lancez-vous ! Conseillez vos proches, vos amis, votre entourage si vous voulez, mais allez-y, conseillez !

Vous verrez que progressivement vous serez plus sûre de vous. C’est en forgeant qu’on devient forgeron ! Etape après étape, les experts aussi ont été débutants un jour !
On ne naît pas expert, on le devient. Ca vous parle ? 😉

Visualisez-vous dans quelques temps. Même dans un mois, vous aurez déjà progressé par rapport à la professionnelle que vous êtes aujourd’hui !

3. Créez-vous un dossier Pommade

Dernière astuce pour aujourd’hui : créez-vous un dossier pommade, c’est-à-dire un dossier dans lequel vous allez stocker TOUT ce que vous avez réussi, TOUS les commentaires positifs, les compliments que vous avez reçus, que ce soit dans la vie pro ou non. Cette boîte, ce dossier, ce tableau est un repère, un baume anti-coup dur, dans lequel vous pourrez vous replonger avec une grande inspiration. On expire en soufflant, on s’étire, et hop, on passe à autre chose !

Voilà personnellement comment je lutte contre le syndrome de l’imposteur au quotidien. Parce que figurez-vous… il ne disparaît jamais totalement ! Il risque de resurgir dès qu’une difficulté nouvelle se présentera. Simplement, vous ne serez plus la même et cette fois, il ne vous atteindra plus de la même manière, vous aurez les ressources pour le reconnaître, et … lui clouer le bec !

Cet article vous a plu ? Dites-le moi vite sur insta, ou en commentaire ! J’ai hâte aussi de connaître votre manière de faire pour lutter contre le syndrome de l’imposteur !

Rechercher

À la Une

Réservez votre séance

Choisissez votre formule
Je vous envoie un bon cadeau ?



Bulles de mode

Vous aimerez aussi

Vous rêvez de devenir personal shopper ?

Vestes Cintres BD
bullesdemode_logo

Rechercher