Jusqu’au 6 mai 2013, les designers français Marithé François Girbaud présentent à Saint-Etienne une rétrospective de leur travail sur le jean depuis 40 ans : l’Autre Jean. Votre Personal Shopper vous propose aujourd’hui une petite histoire du jean, pour vous donner envie d’aller voir cette exposition super intéressante !

Petite histoire du Jean : de Levi’s à l’uniforme des jeunes

Les premiers jeans sont nés en 1873, quand Levi’s, grossiste en matériel pour mineurs américains, et Davis, s’associent pour créer un pantalon de travail en denim, une toile bleue en coton épaisse et résistante, dont les poches sont consolidées par des rivets de cuivre.
Patch cuir jean Levi's
Ces jeans étaient rêches et raides, mais ils protégeaient bien les travailleurs et duraient longtemps. Et le coup de génie de Levi’s et Davis, fut de coudre un patch en cuir à l’arrière de chaque jean, avec l’image de deux chevaux qui tente d’écarteler un jean. La plupart des gens de l’époque était illettrée, et cette image valait mieux que cent phrases, ce qui a contribué, avec les premiers films de cinéma (sur les cow-boys, habillés en jean) au succès de l’entreprise.

Histoire du Jean John Wayne Rio Bravo

Avec la seconde guerre mondiale, et le succès des J.I. américains, so cool avec leur jean et leur chewing-gum, le jean traverse les frontières et envahit l’Europe, poussé aussi par les icônes des années 50 : James Dean, Elvis, etc. Le jean devient le symbole de la rebelle attitude, de la jeune génération.

James Dean Histoire du jean rebelle

Le jean est un symbole : il est porté par les hommes, les « vrais », mais aussi par les femmes, qui comme on le sait profitent des années 60 pour s’émanciper,  et s’affirment avec un jean identique à celui des hommes (au départ, il y avait une couture sur le côté et pas de poches pour les jeans féminins). Et voilà comment on devient un uniforme planétaire !

Histoire du jean : Et Marithé François Girbaud dans tout ça ?

La rencontre et le jean pré-usé Marithé François Girbaud

Le duo se rencontre en 1967. François Girbaud tient une boutique de vêtements d’import américain, Marithé est une créatrice de vêtements, des ponchos en laine tricotés main. En 1968, ils commencent leurs expérimentations, avec notamment les premiers lavages du jean par Marithé pour donner un aspect usé, vieilli, car déteint, et plus confortable, car assoupli par les lavages, au jean.

Marithé François Girbaud jeunes

Stonewashed et délavage industriel du jean

Les deux français sont les premiers à vendre du jean pré-usé, prêt-à-porter au sens large, une valeur ajoutée qui lance une nouvelle mode, et le succès de l’entreprise. Dans les années 70s, ils mettent au point le premier processus de délavage à la pierre volcanique, qu’on appellera ensuite stonewashed.

Toujours à la pointe, le duo de designers continue année après année à développer de nouveaux procédés, à innover.
Ils sont les premiers à intégrer des images à leurs défilés, et à produire des courts-métrage pour donner l’esprit de leur marque, de leurs jeans. Godard a même fait leur seule et unique campagne TV ! Spécialistes de la mise en scène, ils font polémique avec leur campagne inspirée de La Cène en 2005, et déjà pour leur première boutique parisienne en 1985, ils ont utilisé des images de vidéo-surveillance pour mettre en scène leurs produits !

Marithé François Girbaud La Cène polémique jean

Depuis quarante ans, l’innovation Marithé François Girbaud est aussi dans la recherche et développement : depuis les premières années de leur collaboration, ils repoussent les limites de l’industrie du jean. Dans la rétrospective de Saint-Etienne, on peut découvrir : la thermo-soudure, le jean seconde-peau, le coton multicouches isolant en 1983, jean stretch, tatouage du cuir (l’autre marotte du duo), le lainage multi-fils, le collage sans-couture avec une technique de tissage en mille-feuilles, le denim végétal, le bleu éternel qui ne déteint pas, etc…

L’autre jean de Marithé François Girbaud : Wattwash

A la fin des années 90s, les designers Marithé et François Girbaud sont aussi les premiers à prendre conscience de la pollution générée par le délavage industriel des jeans. Ils mettront près de 20 ans à créer un dispositif de délavage du jean au laser,  un processus impressionnant qui brûle la surface du jean de quelques microns, ce qui donne une apparence délavée a la matière, en révèlant le fil de coton blanc de la trame, et qui offre une multitude de possibilités de motifs. Pieds de poule et rayures mêlés, tableaux de maîtres, etc. Avec le laser, tout devient possible, en quelques secondes, et sans eau !

Motifs Wattwash Jean Marithé François Girbaud

Une très belle vidéo vous montre ça dans l’expo, mais si vous n’avez pas le temps d’y aller, voici la vidéo officielle de Marithé François Girbaud sur le Wattwash, le procédé de délavage et d’impression au laser (petite intro en faveur de l’environnement, et à partir de la minute 1’44 pour la technique) :

Incroyable non ?

L’Autre Jean au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne

L'Autre jean rétrospective Marithé François Girbaud Saint Etienne

L’exposition L’Autre Jean de Marithé et François Girbaud se trouve au Musée d’Art et d’Industrie de la ville de Saint-Etienne.
Vous découvrirez : des jeans vieux de 40 ans – les premiers de la marque !, des informations sur la marque et son histoire, et une salle incroyable qui recense les différentes innovations du duo de designer, autant de techniques qui nous paraissent banales aujourd’hui et que le duo a contribué à développer pour une exploitation industrielle.

Pour être franche,  je ne connaissais pas bien le travail de ces deux designers connus pour leur verbe autant que pour leur jean, et en sortant, j’avais juste envie d’aller m’offrir un de leur jean délave au laser et imprimé de motifs. Et si mon prochain jean était un autre jean Marithé François Girbaud ?