Tiens, et si je me faisais maquiller/coiffer par des experts ?

Bon, allez, pas de rendez-vous prévus cet après-midi, j’y vais !

La file d’attente est relativement modérée : « seulement » 8 personnes devant moi, et 5 dans le salon, sans compter les 2 personnes qui sont en cours de mise en beauté.

Je prends mon mal en patience, après tout, c’est sympa de voir comment les pros font. Je remarque notamment que la Make-Up Artist balaie l’air avec son pinceau, avant de l’appliquer sur les paupières, pour ôter l’excédent de poudre. C’est malin ! (sauf qu’il faut penser à nettoyer le sol après…)

Le temps est long quand même…
Surtout que j’ai une charmante demoiselle à ma droite qui essaie subrepticement de me passer devant.

Je suis pas dupe ma jolie ! Alors hop, je glisse un pied entre elle et moi, je bouge légèrement pour que la foule suive, naturellement, et qu’elle se trouve derrière moi.
Le manège tombe à l’eau quand l’hôtesse de l’espace Beauté nous fait nous aligner le long des barrières….
Zut, tout à refaire, car maintenant, il y a deux queues. Les jeunes filles devant moi gloussent ensemble : elles sont donc côte à côte…

C’est pas grave, je vais y arriver 🙂

Et voilà qu’au bout de 40 minutes d’attente, un troupeau de midinettes s’aglutine devant l’hôtesse…
Le problème, c’est qu’elles passent avant tout le monde !!!
Je commence donc à me demander si j’attends encore, ou si je renonce, faisant du même coup des heureuses derrière moi…

Je me décide quand finalement une dame s’approche de l’hôtesse et lui demande combien de temps il faut environ, pour entrer dans le sacro-saint espace. « 1h15 environ »…
Ok, ça fait déjà une heure que j’attends, et je suis pas encore sûre de passer…

Au bout de 10 minutes de réflexion intense…J’ai pas attendu une heure pour rien quand même !

C’est un peu comme au poker en fait, quand après avoir misé tout au long du coup, on se rend compte que l’adversaire a forcément un meilleur jeu que vous, grâce à la dernière carte, et qu’il faut savoir renoncer, et abandonner ces jetons malheureusement distribués…

… Alors je ramasse mes derniers jetons, et quitte, le coeur presque gros, la file d’attente. Pour faire bonne figure, je grommelle : « ça fait une heure que je suis là, ça n’avance pas, je m’en vais »… Oui, je sais, c’est (un peu) psychologique….

Grrr !
La prochaine fois, je ne même suis pas sûre de camper devant les stands, pour être sûre d’approcher les tables de maquillage dès l’ouverture !