J’ai un peu de retard, tant pis ! Je vous parle aujourd’hui d’une nouvelle collection de livres édités conjointement par l’Ecole du Louvre et le Musée des Arts Décoratifs. L’oeil et la mode est dédiée à l’histoire de la mode, avec des particularités dont j’aimerais vous parler plus longuement.

Encore une collection de livre d’histoire de la mode ?

Un fleuron de jeunes historiens de la mode

Oui, c’est vrai, c’est un thème récurrent. Mais loin des beaux livres qu’on peut feuilleter dans son canapé, cette collection présente les recherches de jeunes chercheurs en histoire de la mode, fraîchement diplômés.
Le but est de leur proposer une sorte de tremplin pour publier leur premier livre, et bénéficier donc plus facilement et rapidement d’une aura d’auteur-chercheur.

Une belle idée non ?

Les deux premiers tomes de la collection ont ainsi été écrits par Bastien Salva pour ce qui est d’Atours romanesques et modes troubadour, et Sophie Lemahieu pour S’habiller en politique, les vêtements des femmes au pouvoir – qui promet d’être tout aussi passionnant que le premier, mais que je n’ai pas encore.

D’après les éditeurs, ils se sont tous deux distingués au cours de leurs études pour la pertinence et la qualité de leur recherche bien sûr, mais aussi pour l’originalité des sujets abordés.

L’avantage de cette collection réside donc aussi dans les angles choisis par ces deux jeunes auteurs prometteurs.

Atours romanesques mode troubadour Bastien Salva

Atours romanesques et modes troubadour

Parlons maintenant du premier tome, que j’ai eu la chance de parcourir. Bastien Salva est un spécialiste de la mode du XIXème siècle. Quand j’ai lu son profil et que je l’ai confronté au titre du livre, je me suis demandée si j’avais bien compris le sujet.

Pour moi, un troubadour est un artiste acrobate musicien chanteur raconteur d’histoires du Moyen-Âge… Pas du XIXème siècle. J’étais donc très intriguée….

Vive les clichés médiévaux

En réalité, Bastien Salva aborde la mode du XIXème siècle qui s’entiche des clichés médiévaux : la manche ballon, les crevées, les fraises de la Renaissance. Il explique très précisément que la vision fantasmée que nous avons aujourd’hui provient du XIXème siècle.

C’est-à-dire pour résumer : le chevalier et sa dame, les châteaux forts, les tournois etc. Ca me fait penser à Robin des Bois de Disney.

Une vision qui repose sur un amalgame grossier de toutes époques de l’Antiquité au XVIIème, sans se poser de questions. Une vision qui l’a ensuite digéré pour produire un rêve encore nourri aujourd’hui par l’imaginaire cinématographique entre autres.

Mode Troubadour ?

Valentine de Milan 1802 Fleury François Richard Troubadour

Valentine de Milan pleurant son époux – 1802 – François-Richard Fleury

Et là, j’ai appris quelque chose. Troubadour se rapporte à un genre de peinture apparu début XIXème s.
Un genre qui faisait référence à une époque médiévale et qui s’est exprimé de façon massive dans l’art. Architecture, sculpture, littérature, peinture, tous les genres étaient concernés. Mais ce type d’art était aussi décrié par des peintres « sérieux » comme David – le peintre du sacre de Napoléon 1er.

Le tableau le plus emblématique de l’art troubadour, Valentine de Milan pleurant son époux, a été acheté par l’impératrice Joséphine. Elle avait un goût très moderne. Par exemple, apprécier cette peinture parce qu’elle aborde justement un autre sujet que les grands récits mythologiques ou historiques de l’art sérieux. Cette peinture a davantage trait à la petite histoire, en privilégiant les sentiments, les émotions.

Bastien Salva préfère ce terme à néo-gothique ou néo-renaissance, car il le trouve plus ouvert et moins codifié. Vous aussi vous avez donc appris quelque chose 🙂 Et moi, me voilà complètement absorbée par ce livre !

Un Moyen-Âge idéal et romanesque…

La première partie du livre est consacrée à l’analyse du contexte historique et littéraire, et permet de comprendre la vision fantasmée qu’avaient les gens aux XIXème, en particulier les femmes. On y apprend que la littérature historique ne retenait de l’Histoire que les détails romanesques et était diffusée à grande échelle dans les magazines de mode. Les femmes de l’époque lisaient aussi beaucoup de romans dont l’action se situait au Moyen-Âge, sans que l’on ne puisse réellement faire de lien historique… Ivanhoé – sous-titré Romance – ou Notre Dame de Paris de Victor Hugo, ne fait pas exception… Un terreau fertile pour le romantisme qui a marqué le siècle !

Statue de Jeanne d'Arc et toque à la Henri IV

Alors, inspiration Jeanne d’Arc (début 15ème) ou Henri IV (fin 16ème) ? L’exactitude historique n’est clairement pas la priorité …

… qui influence la mode du XIXème siècle !

La deuxième partie du livre analyse très précisément les costumes du XIXème siècle. Avec l’appui de magnifiques illustrations, autant peintures que dessins, photos de robes ou caricatures, Bastien Salva dissèque le style XIXème s., ses collerettes en dentelles, ses manches gigot, ses influences orientales, ou même capillaires pour livrer un portrait très précis des modes masculine, féminine et enfantine.

Coiffure à la reine Berthe

La Reine des Francs du XIème s. devient le nom d’une mode capillaire des années 1830s

Vous le saviez, vous que la mode du XIXème siècle était une vision fantasmée de celle du Moyen-Âge ? Moi non, alors ce sujet m’a vraiment passionnée ! Les illustrations sont également de très belle qualité. Bref, je ne l’ai pas encore terminé, mais je vous recommande déjà la lecture de ce livre ! J’ai hâte de lire le suivant, consacré au vestiaire des femmes politiques !