Les guêtres ?

Il s’agit d’une pièce de vêtement qui initialement servait à protéger les pieds / chaussures de la boue/saleté et des intempéries. Les guêtres sont le fruit de l’évolution du bas de chausse, un vêtement médiéval. Elles font aussi partie du matériel d’équitation de base pour le cheval.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XIXème siècle, c’est aussi l’apanage des Dandys, Picsou en tête !

La plupart des uniformes,  du XIXème siècle (les fusillers de l’armée de Napoléon notamment) à nos jours comportent des guêtres. Pendant la première guerre mondiale, les soldats utilisaient aussi des bandes molletonnées qu’ils liaient autour de leur jambes. Certains corps de l’armée actuels (ici un groupe folklorique militaire) ont gardé l’apparat des guêtres blanches.

A l’origine, les guêtres étaient en cuir, avec généralement de la laine de mouton intérieure pour l’hiver. Aujourd’hui, on en trouve de toutes les couleurs, en plastique, tissu, fourrure ou synthétique, etc. La nouveauté aussi, c’est que ce vêtement est progressivement devenu féminin.

Dans les années 80, l’ère FAME salue la guêtre de couleur vive, souvent en maille tricotée. Elle est aussi un accessoire utilisé par les danseuses classiques lors de l’échauffement, ou par Véronique et Davina 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui la mode est à la guêtre intégrée, ce qui a donné lieu cet hiver à une séries de bottines avec fourrure plus ou moins envahissante sur la cheville. Il y a même les extrêmes : les guêtres de Yéti ! Bon, délire stylistique d’accord, mais attention, ça plombe la silhouette !

On appelle les guêtres parfois jambière, mais celles-ci sont souvent beaucoup plus hautes (jusqu’au-dessus genou) et sous forme de chaussette (dans la chaussure), alors que les guêtres se portent par-dessus la chaussure. Les guêtres anciennes comportaient aussi une bride qui passait sous la semelle de la chaussure, entre le talon et la plante des pieds.

C’est un incontournable Fashion !!!!

De jeunes créateurs ne s’y sont pas trompés, et proposent des collections audacieuses. Il y a par exemple celles de la créatrice belge Erzsé-M et Notisse. Chez la première, les guêtres sont Belle-Epoque, et plus contemporaines et en cuir chez le deuxième. J’ai eu la chance de le rencontrer sur Who’s Next.

Aurélien, le designer de Notisse a commencé par dessiner des meubles, avant de s’attaquer aux accessoires. Il a gardé de cette expérience l’exigence Bauhausienne : la pièce doit avant tout être fonctionnelle et pratique ! L’esthétique découlera de ces aspects pragmatiques.

Son objectif : changer les codes, faire moins, mais mieux. Quand il dessine un modèle, il pense au canon « Dyson » et à la prouesse réalisée par son inventeur, en termes d’innovation technique, et aussi en termes de design.

Toutes ses créations sont fabriquées en France, selon un procédé semi-industriel (pour le coût de revient, donc le coût final), qui permet la personnalisation. Il crée ainsi des modèles bicolore, avec cuir au choix : bleu, rouge, jaune, blanc, etc…

Selon Aurélien, c’est la meilleure manière d’allier artisanat et industrie.

Aurélien ne fait pas que des guêtres, il réalise aussi des épaulettes en autruche, à porter façon bijou, mais aussi des cuissardes (logique!), holster, des bracelets, des sangles de guitare, et des ceintures corset. Ses inspirations : les uniformes militaires ou de chantier, l’équitation, et les attelles médicales.

A découvrir sur son site !