BullesdeModeTV : Episode 1 : A la Rencontre de BettyJanis !

C’est lorsqu’elle travaille comme styliste pour des soyeux lyonnais, que Betty a une révélation.
Chaque jour, ce sont des sacs poubelle entiers de belles matières qui sont jetés par toute la profession. « Je ne supporte pas de jeter, le moindre cm² de tissu me fait vibrer !« .Elle prend alors une décision radicale qui influence tout son travail : concevoir une collection qui produise le minimum de déchets. « Vous imaginez le progrès si tout le monde faisait ça ?« Sa première collection, née au printemps, est le fruit d’une année de travail de conception et de préparation à la création d’entreprise.

Une collection conceptuelle
Fidèle à son concept de base, Betty crée des robes en utilisant toute la largeur du tissu. « Fabriquer un tissu pour le jeter ensuite, quel non-sens!« .

Sa réflexion s’appuie sur le travail des groupes ethniques du monde, quelles qu’elles soient, qui utilisent une sorte d’étalon dans leur vêtement : une bande plus ou moins large ou carrée, répétée à l’infini. Elle prend évidemment l’exemple du kimono, le plus parlant, mais aussi celui qui l’influence le plus.

Il  y aussi la question des tailles : comme les kimonos, les robes de BettyJanis sont unitaille. Elles s’adaptent par un jeu de portés différents à la morphologie et à l’humeur de chaque personne (plus d’infos dans l’épisode 1 de BullesdemodeTV).

Le carré devient son emblème, et son « obsession ». Est-ce étrange quand on sait que la créatrice est passionnée de géométrie?

« Ce n’est pas vraiment une contrainte, même si le carré fait partie de mon cahier des charges. Au contraire, c’est plutôt sécurisant, ça m’aide à prendre des décisions, à écarter les mauvais choix. »
La contrainte, une des bases de la formation de Betty (Arts Appliqués). Avec une spécialisation qui explique l’autre pan de l’univers de la créatrice : « Design Mode Textile Environnement ».


Design Responsable
Elle s’intéresse en effet aussi à l’impact environnemental de sa collection, question de cohérence globale : « Faire quelque chose qui ait du sens, qui ne soit pas gratuit. »
Tous les modèles seront donc fabriqués en France, et si possible en Rhône-Alpes (moins de 90km de distance entre chaque intervenant).

La matière ? Surtout pas du coton, le textile le plus polluant du monde, et même s’il est bio, cf. les quantités d’eau nécessaires tout au long de sa fabrication sont très importantes. Pas de soie non plus, mais du polyester japonais. Bon, Betty n’est pas encore satisfaite à 100% de ce tissu, car il provient de loin. « L’éco-conception c’est toujours ambigû aujourd’hui, mais je ne désespère pas!« . L’avantage du polyester c’est qu’il est très malléable, et que l’on peut lui apporter des traitements mécaniques, donc sans eau. Pour les imprimés, la technique retenue est la sublimation (transfert).

Le prototype « forme » de la robe est réalisé directement par Betty, soit sur mannequin, soit sur la table. Les imprimés sont créés sur ordinateur à part, et imprimés par la suite, une fois que la robe a été redémontée. Ainsi, le motif est placé sur le tissu de manière à prendre sa place directement au moment du montage final.
A noter : le papier transfert utilisé pour l’impression est recyclé « j’ai vérifié auprès de mon fournisseur« . Le sens du détail, c’est peut-être ça la force de BettyJanis?

Dans l’imprimé, Betty prévoit aussi l’étiquette du vêtement (composition, nom, etc.) Question de logique 🙂

L’étiquette, reflet de transparence, une autre des valeurs de la jeune femme. « C’est difficile de faire de l’écoconception aujourd’hui. Quand on soulève le tapis, il y a encore plein de choses qui ne sont pas encore contrôlées. Par exemple, comment fait-on pour recycler la matière ? Je me documente en permanence« .

BettyJanis?

Nous n’avons pas encore évoqué le nom de la marque ! C’est un nom qui trahit les influences profondes de la créatrice. Qui de mieux qu’elle pour vous en parler?

Pour cela,  je vous laisse découvrir le premier épisode de BullesdemodeTV !!!!

A noter : on peut trouver BettyJanis uniquement en showrooms privés. Pour être tenu au courant, il suffit de s’inscrire sur le site de la marque.

Attention événement : si vous aussi vous avez craqué pour la marque, rendez-vous à la Galerie Simone, 77 rue Charlot dans le Marais (Paris), du 15 (jeudi) au 18 septembre pour une vente exceptionnelle !

Le concept de BullesdemodeTV vous plaît /déplaît ? Dites-le nous par mail !!!!!

Pssst : Le premier épisode Bulles de Mode TV est disponible sur Daily Motion, Viméo et Youtube et Applestore. Pour ce dernier, abonnez-vous pour recevoir automatiquement les mises à jour !

Avis de recherche : vous êtes étudiant en audiovisuel/cinéma à Lyon et cherchez des « cas pratiques » ? Nous recherchons une équipe technique sympa et sérieuse pour les épisodes 2 et suivants… Petit Pas de budget pour l’instant mais beaucoup des idées. Contactez-nous !

Rechercher

À la Une

Réservez votre séance

Choisissez votre formule
Je vous envoie un bon cadeau ?



Bulles de mode

Vous aimerez aussi

Vous aimez la mode et voulez en faire un métier ?

Vestes Cintres BD

Le personal shopping est un métier né aux Etats-Unis après la Deuxième Guerre Mondiale. Il a pour but de guider les personnes qui ne s’y retrouvent pas dans les magasins, et aussi à la maison, à travers ce que l’on appelle des analyses de penderie ou tri de garde-robe.
C’est un métier centré sur l’humain et l’accompagnement bien-être des personnes qui ne savent pas comment se mettre en valeur ou tout simplement associer les vêtements entre eux. C’est un métier d’avenir qui est peut-être fait pour vous ? Pour en savoir plus, téléchargez vite votre guide offert :

bullesdemode_logo

Rechercher