Que faire à Paris ce week-end ? Et si vous alliez rêver devant une exposition de bijoux au Musée d’Art Moderne de Paris ? Je vous propose d’aller découvrir Médusa, Bijoux et Tabous. C’est complètement par hasard que j’ai découvert cette exposition fin juin, alors que j’étais sortie du salon Make Up in Paris pour prendre l’air. J’aime beaucoup le Palais de Tokyo et son jumeau, le Musée d’Art Moderne de Paris, car ce sont des lieux qui me surprennent toujours, par la variété et l’originalité des expositions présentées. 

En ce moment : Médusa, Bijoux et Tabous

Médusa Bijoux Tabous

L’affiche : un classique de Schiaparelli

N’en déplaise aux fans de Mick Jagger, l’affiche de l’exposition Médusa Bijoux Tabous reprend une broche iconique du travail d’Elsa Schiaparelli avec son complice Salvator Dalì. En 1949, corindons (rubis) et perles revêtent l’apparence des lèvres et dents d’une bouche sensuelle et glamour, maintes fois copiée. 

Vous me connaissez, j’adore les bijoux… Depuis que je suis toute petite, j’aime les jolis cailloux, mais pas que.
J’aime les bijoux fantaisie, les gros plastrons en toc, les longs sautoirs vintage à la Catherine et Liliane, les grosses bagues et les manchettes graphiques… Ce n’est pas pour rien que j’avais lancé un blog bijou !!!!

L’exposition Medusa choisit de mettre en parallèle des bijoux anciens et des bijoux contemporains, qu’ils aient été créés par des artisans joailliers ou des marques, ou par des artistes, autour d’une réflexion profonde sur le sens du bijou et sa fonction.

Le parcours de l’expo : 4 fonctions du bijou

Quatre parties d’exposition se succèdent, mettant en lumière les tabous autour d’une des facettes de ce que représente le bijou. entre faire-valoir social, outil de puissance et de domination ou objet de tradition. Identité, valeur, corps et rite, quatre thématiques qui appellent à considérer le bijou en tant qu’objet, symbole, monnaie d’échange et oeuvre d’art. Passionnant !

Bijoux Pierres et Objets Précieux Hazan

Pour aller plus loin, je vous conseille aussi de lire l’ouvrage Bijoux, pierres et objets précieux, de Silvia Malaguzzi aux éditions Hazan, dans la collection Guide des Arts, ma préférée, qui revient sur l’histoire du bijou, sa fonction, son évolution, avec force images et analyses. 

Le texte est clair, simple, brillant, ce livre est une mine d’or d’informations !

Les livres consacrés à l’histoire du bijou sont rares, alors il faut sauter sur ceux qui existent ! 

Pour en revenir à Médusa, quel plaisir de découvrir des étrangetés, des classiques, des anecdotes insolites. Voici quelques unes de ces merveilles pour vous.

#1 – Identité et subversions

Le bijou est devenu au fil des siècles une affaire de femmes, alors que jusqu’au XIXème s. il était l’apanage des viriles élites et chefs masculins… Un phénomène qui explique peut-être que le bijou soit devenu symbole de l’expression personnelle, avec ce qu’il faut de détournements, surenchère et accumulation !

Meret Oppenheim - Bracelet fourrure pour Schiaparelli 1935

Meret Oppenheim – Bracelet fourrure pour Schiaparelli 1935

Illustrant parfaitement cette thématique, le fameux gant de Michael Jackson !

 

#2 – Valeur du bijou

Un bijou est précieux parce qu’il est généralement fabriqué grâce à des matières premières chères, avec une valeur esthétique qui sous-entend une valeur intemporelle. Le bijou peut aussi avoir une grande valeur émotionnelle.

Rihanna porte le Collier de chien créé par Cartier en 1906

Un état de fait à travers l’histoire que les créateurs contemporains ont pris plaisir à malmener, par exemple avec le bijou fantaisie, ou avec le bijou contemporain, plus conceptuel et ludique.

Collier de Chien Line Vautrin 1955

Collier de Chien Line Vautrin 1955

#3 – Sculpture et Rapport au corps

Qui dit bijou dit parure, décoration. Mais le bijou n’est pas que cela. Il peut aussi modifier le corps et la perception que l’on a de lui. L’exposition présente des « bijoux de puissance », comme les couronnes des rois, et des bijoux contemporains-oeuvres d’art qui questionnent régulièrement ce rapport au corps.

Bijou d'entrejambe Balls 2016 Sari Räthel

Bijou d’entrejambe Balls 2016 Sari Räthel

Couvre-seins Simashki

Couvre-seins Simashki 2000 av. JC (Iran)

Une très belle expo, même si j’ai regretté que les mannequins de la dernière vitrine, habillés en Haute-Couture, soient aussi loin de nous, et enfermés dans leur « bulle » !

#4 – Rites et fonctions du bijou

Transition évidente, la dernière partie de l’exposition interroge la fonction du bijou. A quoi sert un bijou ? Au-delà des évidentes là encore fonctions esthétiques et ornementales, le bijou peut aussi avoir des implications économiques, sociétales, ou encore magiques et rituelles. Le bijou ésotérique et ses tabous… 

Boucle de ceinture Art Nouveau Chauve-souris

Boucle de ceinture “Chauve-Souris” de Ferdinand Erhart (circa 1908) à l’exposition “Medusa, Bijoux et Tabous” au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, juillet 2017.

L’exposition se termine par une très jolie vitrine Haute-Couture, mais que j’ai trouvée mal éclairée et trop éloignée !!!! Quel dommage !

Personnellement, je n’ai pas vraiment compris le nom de l’exposition avant de lire les annotations : Médusa, me faisait penser au personnage de Bernard et Bianca (oui oui, j’ai deux enfants, ça perturbe les lectures !) et pas du tout à Méduse, la Gorgone mythologique qui fige en pierre tous ceux qui ont le malheur de la regarder dans les yeux ! 

Mais quand on décortique, on comprend mieux 🙂 –> Bijou > brille > fait mal aux yeux > Méduse. Cqfd 😉

Bonne expo !
Médusa Bijoux et Tabous, Musée d’Art Moderne de Paris, jusqu’au 5 novembre 2017