Vous ai-je déjà dit combien j’aime les livres ? Je pourrai en acheter tous les jours… Je crois que j’aime les livres encore plus que les sacs ou les chaussures… Je me limite, question de place, et de budget, mais c’est une passion!
D’ailleurs un des drames de ma vie, c’est quand je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas que le rayon que je connaissais de bibliothèque mais beaucoup d’autres, et que je n’arriverai jamais à tout lire, et dans toutes les langues en plus ! Ah, 7 ans, l’âge de raison ! Bref, je vous raconte ma vie 😉

En bref : La maison d’édition Gereso

Mon « éducation » et ma passion pour la mode m’ont orientée tôt vers les créateurs, c’est donc avec une certaine logique finalement que je m’intéresse au travail de petites maisons d’édition. En matière de mode, il y en a pléthore!
Aujourd’hui je vais vous parler d’un ouvrage paru chez une maison d’édition spécialisée dans l’efficacité professionnelle et le développement personnel, Gereso.

L’estime de soi au coeur du Management – Gereso

Gereso est un centre de formation et de conseil en RH qui publie régulièrement sur des sujets divers : droit, formation, mobilité, management, développement personnel, … avec par exemple : Se préparer pour résoudre un conflit (Jean-François Thiriet), Concevoir un module de formation (Etienne Magnin), L’art de conclure une vente avec la PNL, etc.

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un autre ouvrage, dédié au management mais que je trouve très adapté à la relation client, l’Estime de soi au coeur du management (2ème édition) – Valoriser les équipes pour progresser collectivement. Dans le discours, il est très proche d’un livre dont je vous ai déjà parlé, sur l’intelligence émotionnelle chez Larousse. 

Il est difficile de vous résumer ce livre, très complet, en quelques mots, car les auteurs reviennent sur le processus de construction de l’estime de soi, et donc de la personnalité, en abordant à la fois les neurosciences, la biologie comportementales, l’importance de la mémoire, etc. Je vais malgré tout essayer de vous en donner une lecture rapide 🙂

Pas d’estime de soi ni rationalité sans émotion

Cette première partie permet de prendre conscience de ce qu’est vraiment l’estime de soi, et de ses différents ressorts. 
Evidemment, la part des émotions est majeure, ce qui m’a fait beaucoup penser à une conférence que j’ai suivie récemment à Make Up in Paris, animée par Arnaud Aubert. D’après lui, le raisonnement rationnel n’existe jamais, car c’est une émotion qui permet la décision. Il prenait l’exemple d’une personne affectée au niveau de l’amygdale (pas celle de la gorge, mais la glande du cerveau, siège de l’analyse des émotions. Au moment de choisir une date pour un rendez-vous, mardi 15 ou jeudi 16 ? , elle ne trouve pas son agenda. Un cerveau normal enverrait l’information « tant pis, je prends rendez-vous pour le 15, et je rappellerai si ça ne convient pas », mais ce cerveau abîmé ne parvenait pas à interrompre le raisonnement. Ca vous fait certainement penser aux autistes, ou encore à des personnes comme Monk (j’adore !) qui ne peuve pas choisir ! L’émotion est donc majeure, même dans le cadre rationnel.

Revenons au livre de Gereso. La seconde partie du livre est plus centrée sur le personnel. Enrichie de tests et de cas pratiques, elle propose de percevoir son « degré » d’estime de soi et les facettes de sa personnalité. Il vous est par exemple proposé de choisir un voyage à partir de critères précis et de déterminer exactement les ressorts qui vous font choisir, qui trahisse votre manière de réfléchir, et donc votre personnalité. 

Les deux dernières parties du livre suivent l’axe prévu dans le titre, c’est-à-dire la dimension professionnelle, tout en intégrant le développement personnel. Comment réussir en utilisant votre capital d’estime de soi ? 

Il y est fait grand cas du « je » et du « nous », et de comment remporter l’adhésion. Ca vous rappelle des choses 🙂 Moi, j’ai tout de suite pensé à Emmanuel Macron ! 

Les relations entre individus au coeur du management par l’estime de soi

En résumé, pour réussir, en misant sur l’estime de soi, il vaut mieux miser sur la qualité des relations entre les individus plutôt que sur les individus eux-mêmes. Partir du positif, pour le mettre encore plus en valeur. J’aime bien cette façon de privilégier l’optimisme 🙂 

Pour motiver et alimenter la machine, il faut adopter une posture de coach d’après les auteurs. C’est là où je me suis dit qu’en fait, on pouvait tout à fait appliquer ces grands principes à la relation client. J’ai pensé à mes client(e)s en particulier. Pourquoi un personal shopper n’aurait pas lui aussi une posture de manager de ses clients ? Quelque part, l’idée est la même : notre travail est d’accompagner, conseiller, superviser la personne, pour lui permettre de progresser par elle-même, d’être autonome. La seule différence est qu’il n’y a pas de rapport hiérarchique et donc d’autorité!