Chic et élégance française des années 20s, amour maternel, broderies à couper le souffle, Haute-Couture et Anna Wintour, voilà ce qui vous attend dans cet article, une visite guidée par M. Alber Elbaz, Directeur artistique de la maison Lanvin himself, de l’exposition Jeanne Lanvin au Palais Galliera.

Guidée par Alber Elbaz !

« Lyon ? J’aime bien Lyon ! C’est une belle ville. Je travaille beaucoup avec des maisons de Lyon. »
Voici les mots que m’a réservés Alber Elbaz de sa voix douce et calme, au détour d’un couloir. Il me présente ensuite sa robe préférée : « En choisir une, c’est difficile, c’est comme de demander de choisir parmi ses enfants ! Mais je dirais peut-être celle-ci, une robe longue apparemment très simple. Quand on s’approche pourtant, et que l’on regarde le dos, c’est plus complexe. On comprend mieux la construction de la robe, et sa ceinture. C’est elle qui tient tout. »

Expo Jeanne Lanvin Alber Elbaz (2)

Une ceinture qui devient bretelles croisées dans le dos, sur une robe articulée en panneaux de crêpe de soie ivoire coupés dans le biais. Une ceinture admirablement brodée, comme la plupart des pièces des collections Jeanne Lanvin.

Le savoir-faire Jeanne Lanvin, Maison de Haute-Couture

Il faut dire que la maison possédait, fait rarissime à l’époque, son propre atelier de broderies à Paris, ce qui explique l’extraordinaire savoir-faire déployé dans les

robes exposées. Des perles, des sequins, de la rocaille, et même des cristaux Swarovski, soutien de l’exposition.

Broderies Jeanne Lanvin Haute Couture 1920s (5)

Broderies Jeanne Lanvin Haute Couture 1920s (4)

Broderies Jeanne Lanvin Haute Couture 1920s (1)

Broderies Jeanne Lanvin Haute Couture 1920s (3)

Au détour d’un col, ou d’une doublure, c’est presque émouvant d’imaginer les mains, l’aiguille de ces couturières chevronnées. Cette sensibilité, celle d’Alber Elbaz, est le fil rouge de l’exposition.

couturières atelier Jeanne Lanvin expo Galliera

Scénographie de l’exposition

Des robes de cocktail, de mariée ou du soir, des robes de visite, des manteaux, des chapeaux, les créations Jeanne Lanvin sont exposées par thèmes d’inspiration dans des vitrines originales, sortes de pianos à miroirs qui réfléchissent leur beauté poétique.
« Ce sont comme des Sleeping Beauties, des robes que nous avons réveillées de leur sommeil. Nous les avons présentées à plat, jetées là, comme si leurs propriétaires les avaient laissées après les avoir quittées. » Encore une marque de cette sensibilité et de cet amour pour les femmes.

Scénographie Galliera expo Jeanne Lanvin

Expo Jeanne Lanvin Alber Elbaz (3)

Alber Elbaz explique aussi que les corps des femmes qui ont porté ces robes en 1920 ou 1930 sont très différents des corps d’aujourd’hui, et donc des mannequins utilisés par le musée.

Des silhouettes différentes c’est vrai, mais une modernité incroyable comme ces robes aux volumes purs, présentés à l’exposition Art Déco de 1925. Jeanne Lanvin, inspirée par les vêtements religieux du Moyen-Âge aimait cette sobriété graphique.
« Ce ne sont pas des robes des années 20 ou 30 quand on les regarde ! »

Jeanne et sa fille, Marguerite

Un autre amour rythme l’exposition, celui de Jeanne Lanvin pour sa fille, Marguerite, sa muse depuis toujours, qui lui inspirera la création d’une ligne pour enfants dès 1908 et le noeud, symbole du lien indéfectible qui les unit.

Noeud amour Jeanne Lanvin Marguerite

Jeanne Lanvin, une maison de couture, la plus ancienne de France encore en activité – grâce au soutien de Shaw-Lan Wang, milliardaire taïwanaise – une maison de luxe et d’élégance mais que l’on connaît peu, dixit Olivier Saillard, Directeur du Palais Galliera et Commissaire de l’exposition.

Jeanne Lanvin expo Paris Galliera Mode Luxe (3)

Expo Jeanne Lanvin Galliera Mode Paris

« Je ne connaissais pas bien le travail de Jeanne Lanvin quand je suis arrivé au Palais Galliera, voici 5 ans. Et progressivement, j’ai découvert que nous avions beaucoup de robes Jeanne Lanvin dans notre fonds. Au total 250 ! Des robes magnifiques, uniques, qui pour moi représentent la Haute-Couture, l’élégance française de cette époque, discrète et intemporelle. C’est juste après l’exposition Mme Grès (en 2011 ndlr) que nous avons décidé de monter cette exposition. »

« Une fois que le commissariat technique et scientifique a été fait avec Sophie Grossieur, j’ai demandé à ALber s’il voulait jouer avec nous. Nous, musée, nous jouons avec la connaissance, les couturiers eux, jouent avec la sensibilité ».

Soudain un bruissement, une agitation, et c’est là que je la vois. ELLE. THE personnalité de la Fashion Week, Anna Wintour ! Escortée par une horde de photographes et même la télévision, elle est menée par Alber Elbaz de vitrine en vitrine. Une silhouette élégante au carré parfait, en trench peau brun bordé de orange et bottes en cuir à talons carré so 70s. J’ai du mal à y croire, et pourtant elle est bien là, attentive et américaine, curieuse des détails « Les mariées portaient-elles des chapeaux ou des voiles? »

Anna Wintour expo Jeanne Lanvin 125 ans Galliera Paris

Anna Wintour Alber Elbaz Jeanne Lanvin Expo Paris

Moins d’une demi-heure, mais une demi-heure intense !

Quel choc !

Cette femme, malgré tout ce que l’on peut dire de sévère (après tout n’est-elle pas l’inspiratrice du Diable ? (s’habille en Prada) ), je l’admire. Elle mène de front sa carrière et sa vie de famille, je dois le dire avec un certain humour (avez-vous vu cette vidéo où elle répond du tac au tac à 73 questions).

L’agitation passée, je retourne au travail de Jeanne Lanvin.

Expo Jeanne Lanvin Paris Musée Galliera Mode (1)

Des heures, des jours – jusqu’à 29 pour une robe aux manches travaillées – pour ce résultat féérique. Un travail de fourmi, minutieux et généreux. « I believe in generosity » dira Alber à une autre rédactrice en chef prestigieuse. « Fashion is everything, it’s the body and the soul. You need to be personal. As in writing« .

« We are storyplayers. » Nous jouons à raconter des histoires. Peut-être le mot de la fin?

Exposition Jeanne Lanvin au Palais Galliera, Musée de la mode de Paris, jusqu’au 23 août 2015. A VOIR ABSOLUMENT !