Invitée par Orange, l’un des partenaires officiels depuis de nombreuses années (encore merci ^^ !!!),  j’ai eu la chance de visiter la Biennale du Design 2015 à Saint-Etienne avec les journalistes, lors de l’inauguration la semaine dernière. Comme chaque édition, il y a énormément de choses à voir, des expositions dans tous les bâtiments, des œuvres et des objets partout. En rentrant, ma tête fourmillait d’idées et d’envies, et au moment d’écrire, plus compliqué de faire le tri. Le sens du Beau. Voilà un thème qui scotche d’emblée ! Fédérateur, simple, et tellement « à tiroirs » en même temps… Je me souviens que le Beau était justement le thème de philo des prépas 2ème année quand j’étais en 1ère année… Ca nous rajeunit pas tout ça !!!!

Biennale Design Saint Etienne 2015

Le sens du beau. Réflexion la Beauté ?

Revenons-en au thème… que je trouve bien choisi pour une Biennale du Design. Si l’on a comme moi une vision très « Bauhaus »ienne du design : l’esthétique fonctionnelle, c’est quelque chose qui va de soi. Une réflexion sur ce qu’est la Beauté fait donc particulièrement sens, et me touche davantage que la précédente, sur l’empathie. Pour autant, j’ai été un peu déçue, comme François d’ailleurs, blogueur art contemporain et design lyonnais dont je vous recommande l’article, car rares étaient les expositions qui questionnaient vraiment la notion de Beau.

Vitality 2015 - Beyond Craft and design (1)

Vitality 2015 - Beyond Craft and design (2)

Vitality 2015 - Beyond Craft and design (3)

Quelques vues du travail de designers coréens, sur l’exposition Vitality 2015 : Beyond craft and design, jolie réflexion sur le savoir-faire traditionnel et la façon de l’adapter à une utilisation et un goût modernes.

La Beauté de la réflexion / du concept et de sa simplicité

J’ai aussi trouvé dommage que les frontières entre art contemporain et design soient toujours plus ténues, car pour moi, le vrai design est quotidien, comme le souligne l’exposition que j’ai préférée, « No Randomness« , d’Oscar Lhermitte. Pour lui, la Beauté du design tient parfois dans ce détail invisible que vous n’avez pas besoin de connaître pour utiliser correctement l’objet, et qui pourtant témoigne d’une réflexion très poussée, malgré sa simplicité. Par exemple… savez-vous pourquoi les plaques d’égouts sont rondes ? ou pourquoi les pâtes ont toutes des formes différentes ? Ou encore comment fonctionne la codification des formats de papier entre A0 et A6 ?*

No Randomness Biennale Design Saint Etienne 2015 (1)

No Randomness Biennale Design Saint Etienne 2015 (2)

No Randomness Biennale Design Saint Etienne 2015 (3)

Le Beau vs le Laid

La deuxième exposition que j’ai trouvé la plus pertinente, mais que j’ai détestée!, était l’exposition « Vous avez dit Bizarre », une mise en avant de la Beauté via son négatif, le laid / bizarre. Bizarrement, la laideur fascine parfois tout autant que la Beauté ! Après tout, comment définir la Beauté s’il n’y avait pas la laideur ? Je vous conseille, si vous ne l’avez pas lu, les deux ouvrages de Umberto Eco sur le sujet : Histoire de la Beauté et Histoire de la Laideur, qui abordent cette thématique via l’Histoire de l’Art en particulier. Génial !

Pour en revenir à l’expo, j’ai trouvé très pertinent le message, en revanche, je n’ai pas du tout été sensible aux bizarreries exposées. Ou plutôt si, trop ! Il régnait un esprit malsain / étrange voire horrible, qui m’a sincèrement mise mal à l’aise !!! Pari tenu pour l’expo !

La quête de la Beauté absolue

Une autre expo m’a fait de l’effet, même si en en parlant avec François notamment, il y avait des problèmes de cohérence, « Beauty as unfinished Business« , créée par les designers anglais Kim Colin et Sam Hecht. L’idée ? La Beauté du design est dans l’inachèvement de celui-ci, car l’objet se définit aussi par son environnement. Pris hors de son contexte, il est donc incomplet quelque part…
Une vision de l’infini tangible et intangible intéressante mais parfois trop subliminale pour être limpide…

Beauty as unifinished Business (1)

Beauty as unifinished Business (2)

Beauty as unifinished Business (3)

Beauty as unifinished Business (4)

Mon coup de coeur sur cette expo va au miroir qui reconnaît la plus belle quand elle passe et se fige à cet instant 😉 Un miroir qui vous fait de l’oeil c’est quand même cool, non ?

Beauté et technologie ?

Je cherche toujours le rapport au Beau dans l’exposition « Réserve Déboussolée« . Mais contrairement à des expos comme « Form Follows Information« , qui pour moi sont des délires d’artistes contemporains, cette dernière exposition a été ma préférée également car j’ai aimé ce qu’elle implique comme scénographie, évolution du rapport à l’oeuvre et de la médiation culturelle. Vous entrez dans une pièce, on vous confie un iphone et des écouteurs. Chaque photo de l’exposition recèle de zones qui, activées via le smartphone, diffusent leur musique. Une playlist incroyable, qui donne envie de découvrir la plateforme de mise en avant d’artistes émergents, 1D Touch, liée à ce projet. C’ets quand même géant vous ne trouvez pas ? J’approche le téléphone de l’oeuvre, la musique se déclenche ! Si je suis en mode solo, c’est uniquement dans mon casque, si je suis en mode groupe, je partage avec mes voisins connectés. Génial ! La seule limite peut-être… C’est que ce type de visite nous enferme « un peu » dans notre coin, mais en y réfléchissant, c’est comme un audioguide traditionnel. Sauf que dans Réserve Déboussolée, c’est à l’unisson que les têtes battent le rythm !

Réserve Déboussolée Oeuvres Connectées

J’en ai vraiment pris plein les yeux, merci Orange ! La Biennale du Design de Saint-Etienne dure jusqu’au 12 avril, l’occasion d’aller découvrir une ville qui se réinvente, notamment à travers le design, qui respire à chaque coin de rue. Ne manquez pas par exemple l’exposition consacrée à Raymond Loewy, LE designer industriel américain des années 50s. Voitures, paquets de cigarettes, logo de Shell et des biscuits LU, beaucoup d’objets du quotidien portent sa marque !

Quelques images en vrac pour terminer 🙂

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (1)

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (2)

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (3)

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (4)

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (8)

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (9)

Biennale du Design Saint Etienne 2015 (10)

* Parce que contrairement aux formes carrés et rectangle, un disque ne peut pas tomber dans son « trou », parce qu’elles dépendent du temps de cuisson et de la sauce utilisée, parce que A0 fait exactement un mètre carré, ce qui permet de calculer le grammage (ex : 80g/m²), et que le rapport entre A0 et A1, A1 et A2, A3 et A4 est constant et égal à √2, ce qui permet de réduire ou agrandir facilement un document !